balades en midi Toulousain


Aller au contenu

Menu principal:


Le Chanteur

Claude Nougaro

Claude Nougaro est un chanteur et poète français de variétés et de jazz, né le 9 septembre 1929 à Toulouse et mort le 4 mars 2004 à Paris. Il s'essaya également à la peinture et au dessin.

Fils de Pierre Nougaro, chanteur d'opéra et de Liette Tellini, professeur de piano italienne (et premier prix de piano au conservatoire), il est élevé par ses grands-parents à Toulouse, où il écoute Glenn Miller, Édith Piaf et Louis Armstrong (entre autres) à la radio. En 1947, il échoue au baccalauréat, et débute alors à Paris dans le journalisme (en écrivant pour divers journaux, dont Le Journal des Curistes à Vichy et L'Echo d'Alger). En parallèle, il écrit des chansons pour Marcel Amont (Le Barbier de Belleville, Le Balayeur du roi) et Philippe Clay (Joseph, La Sentinelle). Il rencontre sur place Georges Brassens, qui devient son ami et son mentor, et il écrit de la poésie romantique et aussi humouristique.
Il fait son service militaire en 1949, à
Rabat, au Maroc.
Il envoie des textes à
Marguerite Monnot, compositeur d'Édith Piaf, qui les met en musique (Méphisto, Le Sentier de la guerre). Il commence à chanter pour gagner sa vie en 1959 dans un cabaret parisien, le Lapin Agile, à Montmartre.
En 1962, il décida de chanter lui-même ses œuvres :
Une Petite Fille et Cécile ma fille (dédiée à sa fille, née en 1962 de sa femme Sylvie, rencontrée au Lapin Agile). Ces chansons le firent immédiatement connaître du grand public, bien qu'il ait déjà commencé à percer en participant aux concerts de Dalida. Au début des années 1960, il introduit de nouveaux rythmes dans la chanson française et compose de nombreuses chansons au tempo yéyé et aux textes provocateurs ("Plus encore que dans la chambre, je t'aime dans la cuisine. Rien n'est plus beau que les mains d'une femme dans la farine"…). Il écrit également plusieurs titres avec Michel Legrand dont Le Cinéma et Les Don Juan.
Un accident de voiture l'immobilise plusieurs mois en 1963. L'année suivante, il part en voyage au
Brésil, et chante dans des salles prestigieuses : l'Olympia, le Palais, le Théâtre de la Ville à Paris.
La mort de son ami
Jacques Audiberti en 1965 lui fait écrire un hommage en chanson, Chanson pour le maçon.
Les évènements de
Mai 68 lui inspirent un torrentiel Paris Mai, plaidoyer pour la vie, qui sera interdit d'antenne, bien qu'il soit farouchement opposé à la politique: si je dois endosser cette guérite étroite, avec sa manche gauche, avec sa manche droite, ses pâles oraisons, ses hymnes cramoisis, sa passion du futur, sa chronique amnésie... Il enregistre la même année son premier album live à l'Olympia : Une soirée avec Claude Nougaro.
Sa chanson
Toulouse est un vibrant hommage à sa ville natale, Toulouse.
Sa carrière se poursuit alors de façon régulière, ponctuée de succès :
le Jazz et la Java, Tu verras (adaptation française de O que será de Chico Buarque de Holanda), l'Île de Ré, Armstrong ou Petit Taureau. Après un album jugé décevant au niveau des résultats (Bleu Blanc Blues) en 1984, sa maison de disques ne lui renouvelle pas son contrat. Nougaro part alors pour New York, en quête d'inspiration, écrit et enregistre sur place un disque financé par WEA (le producteur exécutif est Mick Lanaro): Nougayork, dont le succès retentissant fut une surprise ironique.
Il est récompensé en 1988 par les
Victoires de la musique du meilleur album et du meilleur artiste, et de 1993 à 1997, il sort trois nouveaux albums.
Sa santé se dégrade à partir de 1995, année où il subit une opération du cœur ; en 2003, il ne peut se produire au
Festival du Verbe à Toulouse en raison de son état de santé. De 1998 à 2004, il se consacre plus à des concerts et des festivals, sans oublier de participer à un album pour aider les enfants souffrant du sida.
En 2002 il se produit dans toute la France avec un spectacle parlé, où il reprend plusieurs de ses textes (Victor, Plume d'ange...) sans musique. Son interprétation fait l'objet d'un DVD "Les fables de ma fontaine".
En 2003 et 2004 il prépare un album pour le label jazz Blue-note mais ne peut pas achever ce disque "La note bleue" qui sort en 2004.
Après avoir subi de nouvelles interventions chirurgicales début 2004, il meurt en mars, à 74 ans, des suites d'un cancer.
Ses obsèques ont été célébrées à
Toulouse, en la basilique Saint-Sernin. Une partie de ses cendres a été dispersée dans la Garonne. Un jardin municipal de la ville ainsi qu'une station du métro porte aujourd'hui son nom.

Page d'accueil | Introduction | Vidéos | La Location | La région | Toulouse | Albi | Gaillac | Montauban | Castelnaudary | Villemur sur Tarn | Villefranche | Cordes sur ciel | Villages de charme | La gastronomie | Le Vignoble | Le Rugby | Littérature | Toulouse Lautrec | Claude Nougaro | Les restaurants | Plan du site


Il est : | chauvin.raph@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu